Un seul mot d'ordre: vous écoutez ce que vous voulez, mais éduquez vous un peu ! Retrouvez aussi les Surfeurs Du Divan sur http://ls2d.free.fr/ et sur http://www.myspace.com/lessurfeursdudivan.

Plonger dans nos archives sur http://ls2d.free.fr/archivessonores.html






vendredi 29 avril 2011



















Lalo Schifrin
There's a whole Lalo Schifrin goin' on
Dot Records - 1968

Pour une fois nous citons nos sources: retrouvez cette excellente chronique sur un blog intrigant et séduisant, les hallucinants Telek et Stilla (http://telek-stilla.blogspot.com/2010/01/lalo-schifrin-gone-with-wave-1964-goin.html).

Selon nous, le chef-d'oeuvre secret du maître argentin (élève de Messiaen et de Koechlin, arrangeur à la chaîne chez Verve, avant d'entamer à la MGM la carrière que l'on sait -Mannix, Mission impossible, Bullitt...). Entièrement écrit et dirigé par Boris Claudio (dit "Lalo"), Goin' on s'intègre à la série des grandes rêveries jazzy réalisées en marge des compositions pour le cinéma. Aux confluences des suavités de la bossa et de l'indolence West Coast, traversé par la brise légère des flûtes réverbérées, embaumé par d'entêtantes bouffées de cuivre ou de clavecin, enveloppé par la chaleur caressante des cordes, frémissant sous les ondoiements du vibraphone, bercé par le chuchotement velouté des choeurs et la stridulation des percussions en sourdine (quand il n'est, de temps à autres, ranimé par la sécheresse martiale de thèmes aux accents plus épiques), Goin' On ressemble à la bande originale idéale d'un film intérieur bâti sur les motifs du loisir et de la volupté. J'exagère? Ecoutez Dissolving ou How to open at will the most beautiful window. N'entendez-vous pas le bruissement aux mille échos de la forêt tropicale qui s'éveille, encore engourdie, sous le flamboiement amorti de l'aube aux doigts de rose?

1 commentaire: